FR

Une forme peut toujours en cacher une autre. On serait parfois tenté de résumer ainsi le récent travail sculptural d’Eva Evrard, qui tend à souligner l’ambivalence des formes, leur potentiel de réversibilité et donc de surprise. Un œuf énorme peut être vide. Une bouche offerte peut-être un gouffre et son envers un pénis en pleine érection. Autrement dit, ce que nous prenons pour acquis ne l’est pas et, surtout, les formes sont le réceptacle d’un bagage idéologique qui leur est étranger. Ce que nous croyions reconnaître dans les formes, ce sont seulement les idées dont nous les avons investies ; mais leur nature véritable, leur fonction réelle, est fondamentalement polymorphe et hors de portée. Ici le travail d’Evrard est à la fois résolument personnel et universel, touchant au potentiel créateur de l’inconscient et à notre capacité intime d’inventer à tout moment de nouvelles formes ou de changer le rapport qui nous uni à elles – laissant présager les conséquences les plus diverses – et potentielle- ment révolutionnaires – dans le réel.

EN

A shape can hide another. That is how one might be tempted to sum up Evrard’s recent sculptural work, which tends to emphasize the ambivalence of forms, their potential for reversal and surprise. An enormous egg can be empty. A supplicating mouth can, when inverted, become a fully erect penis. In other words, what we take for granted is not necessarily what it appears to be and, above all, forms are vehicles for ideological payloads which are alien to them. What we believe we recognize in forms are only the ideas we invested in them; however, their true nature and real function are out of reach. Here, the work of Evrard is at ounce personal and universal. Touching upon the creative potential of the subconscious, and our intimate ability to invent new forms at any given time or change the relationship we have with them, the artist suggests their potentially revolutionary impact on our per- ception of reality.